les combats de la FCPE pour 2020

source : TOUTEDUC


"En 2020, je vais aux toilettes quand j'en ai besoin ? Bonne année, bonne santé à l'école." La carte de voeux de la FCPE met l'accent sur une question que, de la maternelle au lycée, l'association de parents d'élèves juge essentielle et trop souvent négligée, ou traitée sans souci du respect dû aux enfants, quand les portes sont vitrées pour pallier le défaut de moyens de surveillance, quand les petits travaux de maintenance ne sont pas effectués, quand les portes sont condamnées pour éviter que cet espace serve aux départs de feu... "C'est une question sociétale", estime Rodrigo Arenas, co-président de la Fédération. Et le bureau de la fédération évoque le cas des jeunes filles qui ne peuvent aller mettre ou changer une garniture périodique, et qui subissent l'humiliation d'une tache de sang sur leurs vêtements. En Grande-Bretagne, des distributeurs sont installés dans les établissements scolaires et il convient de briser le tabou qui entoure les règles. Les toilettes sont aussi, faute de surveillance, un lieu de prostitution, l'ACPE estime d'ailleurs à 8 000 le nombre d'enfants prostitués dans les collèges (ici). C'est un des combats à venir de la FCPE.

Celle-ci a présenté à la presse, ce 8 janvier, ses batailles (voir aussi ToutEduc ici). Outre une campagne sur l'égalité filles-garçons, la gratuité scolaire reste un thème privilégié. A défaut de l'obtenir, la fédération annonce le lancement d'une plate-forme pour l'achat des fournitures à prix coûtant, le plus souvent en circuits courts, et toujours produites dans le respect du droit du travail, notamment de l'interdiction du travail des enfants.

Elle annonce également la relance de sa plateforme "ouyapacours" pour dénoncer les non remplacements des enseignants absents (et non pas les enseignants eux-mêmes). Les parents qui auront signalé de telles situations recevront tous au même moment la possibilité de télécharger un formulaire parfaitement cadré juridiquement pour aller porter plainte devant un tribunal administratif. 

La FCPE envisage également de dénoncer les millions qui iront au financement des écoles maternelles sous-contrat, et de mettre en valeur l'enseignement agricole, comme un exemple de ce que ne fait pas l'Education nationale. Plus globalement, elle estime qu' "une autre école" est nécessaire.

Elle lance sur le web un questionnaire sur les réformes des lycées, de façon à "objectiver" les remontées de terrain qu'elle a déjà reçues de parents et d'élèves stressés, qui ne comprennent pas la réforme et ne trouvent pas d'informations, ni sur le site du ministère, ni dans les établissements, ou alors contradictoires. La FCPE demande "un ajournement" des premières épreuves de contrôle continu, estimant que la réforme n'est pas convenablement mise en oeuvre, mais rappelle qu'elle est favorable au principe. En revanche, elle s'oppose à l'idéologie de la réforme du lycée qui tend à "spécialiser les jeunes en monotâches", au risque de programmer leur "obsolescence". Rodrigo Arenas oppose une "vision universaliste" de l'enseignement à "l'individualisme" qui inspire Jean-Michel Blanquer.

0 vue
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Tumblr Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

© Copyright  Créé avec Wix.com

Pour nous contacter

Siège social

Education & Devenir

35 rue du puits Fouquet

76113 SAHURS