Découverte des bienfaits de la communication en distanciel pour échanger avec les familles sur les vœux provisoires d’orientation des 3emes en période de confinement.

La nouvelle est brusque. Confinement immédiat. Nous sommes en plein conseil de classe des  troisièmes. Nous devions nous prononcer sur les avis des choix provisoires d’orientation des élèves avec leur famille et commencer les entretiens. Nos ailes coupées en plein vol. Comment aller jusqu’au bout de la démarche tout en respectant les règles drastiques du confinement ? 

Le collège a une population très hétérogène. 48% d’élèves boursiers. Des familles qui habitent loin du centre-ville. Qui ont du mal à se déplacer en temps ordinaire. Comment mettre en place les entretiens d’orientation avec elles ? Avec celles souvent les plus fragiles ? Dans ce branle-bas de combat où tout doit être mis en place en même temps ? Continuité pédagogique comprise bien sûr puisque c’est le plus gros morceau. 

Proposition est faite d’inviter les familles à se retrouver en visio-conférence avec le professeur principal, la psychologue de l’Education Nationale et le chef d’établissement. Les familles sont toutes appelées par les professeurs principaux, rendez-vous est pris. Nous commençons. 

Quatre classes de troisièmes, une dizaine d’élèves par classe, un quart d’heure à une demi-heure par famille, quatre matinées largement débordées consacrées à ces entretiens en visio-conférence. 

Au-delà des échanges sur la future et lointaine - ou du moins en cette période de confinement, qui parait lointaine- dernière phase d’orientation, nous avons trouvé ces échanges particulièrement fructueux. 

Un contrat implicite de confiance s’installe, nous sommes au cœur des familles, dans leur salon, leur salle à manger, leur cuisine. Les parents et les enfants sont assis côte à côte. Parfois aussi des grands frères ou grandes sœurs, des tantes ou des grands-parents. Nous partageons de l’intime et nous abordons tous les sujets. Nous expliquons comment nous mettons en place la continuité pédagogique, nous nous assurons des outils numériques dont la famille dispose, nous proposons l’aide de l’établissement (toutes les tablettes seront distribuées ainsi que plusieurs ordinateurs portables)

Ce fut aussi souvent l’occasion de faire le point sur la manière de travailler de l’élève, sur ses résultats scolaires, sur sa relation à l’école. Dans ce face à face sans fard, personne ne triche, les choses sont dites, mais avec douceur. Nous commençons tout de même une période inédite. Il y a un effet de sidération.  Nous profitons de ces échanges  pour guider les parents sur Pronote, s’assurer que tout le monde a les codes, s’assurer aussi que tous les élèves ont bien les adresses mail au moins celle du professeur principal. S’assurer que l’application est bien consultée tous les jours. Nous parlons aussi de l’organisation de la journée, des temps de repos, des temps de famille. Nous aidons à la structuration de ce planning familial, dans la sphère de leur monde privé.  Certaines familles nous font part des difficultés financières rencontrées, des difficultés liées à la santé. 

Ces échanges nous ont touchés, enrichis. Ils ont eu un impact important sur la relation entre les professeurs et les familles, comme l’ensemble de la continuité pédagogique d’ailleurs. 

Nous avons accroché quelque chose. Le début d’une meilleure confiance dans la relation entre les familles et le corps enseignant ? Les élèves que nous avons contactés ont rendu les travaux à faire de manière régulière. Le lien a été établi, renforcé. 

Plusieurs professeurs de l’établissement ont utilisé les outils numériques de communication pour travailler avec les élèves, pour maintenir le lien. Je sais que les élèves attendent ces RDV avec plaisir, comme un évènement dans ces semaines aux journées parfois monotones. Ces échanges eurent lieu avec « ma classe à la maison » du CNED, avec instagram ou facebook, et encore divers autres outils plus ou moins « RGPD ». Ce fut parfois seulement de l’audio, car souvent ça marche mieux ainsi. Ce fut aussi la création de padlets de qualité enrichis au fur et à mesure des progressions et des actualités. 

Les besoins humains de communication, l’engagement de chaque enseignant dans la continuité pédagogique ont donc  été un formidable levier pour faire évoluer les pratiques, même si nous savons aussi que certaines familles n’ont pas donné signe de vie malgré nos nombreuses relances. Nous espérons pouvoir les retrouver à la réouverture. 

En cette sortie du confinement, à l’approche de la dernière vague concernant l’orientation, nous savons que ces entretiens vont reprendre surtout si les élèves de 3eme ne reviennent pas au collège. Et nous savons maintenant comment nous allons les vivre. 

Le 18 mai, deuxième rentrée des classes de l’année, nous aurons entre 5 à 10 élèves par classe. Pas plus. Du moins au début. Nous assurons aux enseignants la possibilité de continuer le travail via Pronote, travail de qualité, travail investi. Nous aménageons leur temps de travail entre le distanciel et le présentiel. Nous accueillerons nos élèves dans les règles de l’art de notre actualité. Il nous reste à présent à imaginer le lien entre les élèves venus au collège et ceux restés à la maison. Nous laissons encore une fois libre cours à notre imagination, dans la limite de nos outils technologiques et de notre énergie collective. Dans cette situation inédite, nous avançons pas à pas, mais nous avançons, même masqués ! 

MC Marret- Principale - Membre du CA d'E&D

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Tumblr Social Icon
  • LinkedIn Social Icon

© Copyright  Créé avec Wix.com

Pour nous contacter

Siège social

Education & Devenir

35 rue du puits Fouquet

76113 SAHURS